• 400 visiteurs?! Déjà?! 

    Ben wow, je sais pas quoi dire!^^" T'as pas gagner le prix nobel non plus calme toi!

    Merci beaucoup à mes lecteurs qui me soutiennent je vous adooore merci aux visiteurs tombés sur mon blog pa hasard ou par curiosité! ^^

     

    MERCIIIIIII!!!!!!@!!!!!!!@!!!\(^o^)/


    votre commentaire
  • Chapitre 4: Help! Je vis un enfer depuis que je suis à New-York!(Émilie)

    Super, franchement il manquait plus que ça avoir deux heures de colles mon premier jour dans mon nouveau lycée! Sympa, qu'est-ce que j'allais dire à ma mère, elle qui avait payé cher pour ce lycée??? D'accord c'est vrai je n'aurai peut-être pas due être curieuse mais que voulez-vous que j'y fasse, je suis comme ça j'y peux rien moi... D'ailleurs je suis sure que vous auriez fais la même chose si vous auriez vu un livre voler! Enfin bref si vous voulez le topo, voilà ce qui s'est passé:

    J'étais assise à la table du fond loin derrière Melody, quand le principal adjoint fit son entré dans la bibliothèque. Je me cacha derrière le livre que j'avais pris pour passée inaperçue, mais il vint quand même vers moi et dit d'un ton sévère:

    - Mademoiselle Jones!

    Je me demandais comment il connaissait mon nom, et pour réponse je disais:

    - Oui monsieur le principal adjoint?^-^" avec un regard innocent.

    - Vous êtes censée être en uniforme, et vous êtes en robe! Comment expliquez-vous ça!?

    - Euh... Bah il fait chaud Monsieur... Et comme on m'as pas donné l'uniforme d'été... ^^"""

    - Donnez moi votre carnet de correspondance, je vais dire deux mots à vos parents! Et vous serez collée une heure demain dans mon bureau! Je veux la signature des parents bien évidemment!

    - Mais M'sieur vous pouvez pas me faire ça c'est mon premier jour ici alors je sais pas comment ça se passe!

    - Je vous ai donné un ordre, vous obéissez et vous vous taisez point!

    Je répète je déteste quand on me donne des ordres!

    - Ah bon? Je croyais qu'on était tous égaux ici! D'où vous osez me donner des ordres?! commençai-je à m’énerver!

    Il se mit très en colère mais vraiment très en colère:

    - CE NE SERA PAS UNE HEURE MAIS DEUX HEURES!!!!mad

    Je me mordis la lèvre, leva la tête et lui donna mon carnet je me tût car je savais que si je continuais à parler cela me coûterait cher... Le principal adjoint écrit dans mon carnet, me le rendit et partis. C'était comme si il était venu spécialement pour moi... Je suis sûre que c'est la bibliothécaire qui a cafté grr... Je pris mon sac, et je sais pas si c'était mon imagination où la réalité, mais je crus entendre la bibliothécaire ricaner, je lui fis un regard noir et partis.

    Une fois dehors, je relus l'heure de colle:

    "Se permet d'enlever son uniforme dans l'enceinte de l'établissement, ce qui strictement interdit et insolence!!!"

    J'étais complètement démoralisée, comment j'allais bien pouvoir expliquer ça à ma mère hein? D'ailleurs ce lycée est un peu vieillot normalement les heures de colle s'arrêtent au collège! Personnellement dans mon ancien lycée, il n'y avait plus les heures de colles... Enfin bref là n'était pas le problème, j'avais DEUX HEURES DE COLLE!!! Ma vie était fichue, oui, fichue! Je commençai à me cogner la tête contre un poteau en disant:

    - Débile! Débile! Débile! Dé...

    - Alors la nouvelle, un problème?                                           une voix derrière mon dos me coupa, je me retournai... Et... C'était Davis!

    - Mêle toi de c'qui te regarde!

    - Je veux bien mais c'est limite inquiétant une fille qui se cogne contre un poteau en se traitant de débile - -'

    - Et alors? T'en as jamais vu?

    - Avant toi... non! - -"""""

    - J'ai eue deux heures deux colles, ça te vas comme explication papa?

    - Je suis pas ton père!

    - Alors arrête de te comporter comme tel!

    - C'est pas de ma faute si la mademoiselle se cogne contre un poteau et me fais penser à une folle!

    - C'est moi que tu traites de folle là?!

    - Oulalalah t'es drôlement susceptible la nouvelle moi qui te prenait pour une dure!

    - Je rêve c'est les médecins qui se foutent de la charité!

    - L'hôpital! - -"

    - Quoi quel hôpital?

    - Non, c'est l'hôpital qui se fout de la charité et non pas les médecins... - -"""""""""""""

    - Oui bon tu voyait ce que je voulais dire, et arrête de m'appeler "la nouvelle" ça fait vingt fois dans la journée que je te le répète! Mon nom c'est Émilie!  

    - Ouais... Ouais...

    Ce qu'il m'énervai, je tourna les talons et m'en alla.

    Arrivée chez-moi, je déposa mon sac et m'affala sur un des canapés du salon. Je partis dans la cuisine car j'avais faim mais il y avait un mot de ma mère accroché au frigo:

    "Ma chérie,                                                                                Je ne peux pas me libérer à 16h30, et je n'ai pas encore fais les courses alors je t'ai laissée une liste et un peu d'argent sur la table de la cuisine. Comme je n'ai pas fais les courses, il n'y a pas de quoi te remplir le ventre, avec la monnaie des courses tu pourras t'acheter ce qui te plaira je pense que ça suffira...           Gros bisous, Maman."

    Je pris l'argent, me changea et sortis de chez moi pour me diriger au centre commercial, j'avais pris mon vélo. Je fis les courses en vitesse et partis dans une boulangerie tellement j'avais la dalle. J'achetai deux beignets au chocolat et vit James entrer mais ne l'appela pas. Il avait acheté du pain et avait sans doute fait les courses lui aussi. Il me vit, me fit un sourire et sortit rapidement, il avait l'air pressé. Moi aussi je dus sortir et rentrer chez moi... Et là, qu'est-ce que je vois? Cet homme et ma mère!

                            À suivre...

                                   


    16 commentaires
  • Chapitre 3: Est-ce les new yorkais qui sont bizarrent? Où seulement les gens de mon lycée?(Émilie)

     

    James et moi étions un peu perdus et ça venait de sonner le début des cours. Nous devions d'abord trouver le principal pour pouvoir aller en cour, mais nous ne savions pas où le trouver... Heureusement un homme assez vieux vint vers nous, il pouvait peut-être nous renseigner alors je l'appela:

    - Hé papi !

    James m'avait regardé avec étonnement. Encore une fois j'avais l'impression d'être un extraterrestre venu d'une autre planète.- -"

    - ça va pas?! me disait-il, C'est une personne âgée un peu de respect, ne sois pas aussi familière!

    Une petite chose, s'il y a bien une chose que je déteste, c'est qu'on me dise ce que j'ai à faire, et James venait tout juste de le faire! Résultat je m'était énervée et je lui ai dit furieuse mais en essayant de garder mon calme:

    - Depuis quand tu me donne des ordres!?

    - Je dis ça pour ton bien! se contenta-t-il de dire.

    - Pour mon bien?! Arrête tes bêtises!

    - Sache ma grande que je n'ai pas peur de...

    - Allons, allons, les jeunes arrêtez de vous quereller... 

    C'était le vieil homme que j'avais appelé, qui avait coupé James. Drôle de vocabulaire, je me demande si James à compris que quereller, voulait dire disputer, idiot comme il est...

    - Qui êtes-vous? demanda le papi.

    - Je suis Émilie Jones, Papi! Avais-je répondu.

    - Et moi, je m'appelle James Winckle. Dit-il avant de me lancer un regard noir.

    - Eh bien, les enfants que faites-vous dans cet établissement?

    - On est nouveaux et on cherche le proviseur! me suis-je empressée de dire.

    - Ah... C'est vous les nouveaux...

    Il avait l'air complètement paumé sans l’offenser...

    - Et vous, qui êtes-vous papi?

    - Eh bien je suis le proviseur en question...

    La tête de James s'est décomposée, il devait sûrement se dire que j'ai appelé le proviseur "papi"...

    - Vous... vous êtes le proviseur?ohs'exclama-t-il

    - Tout à fait...^-^

    - Monsieur veuillez excuser le comportement de mon amie...

    James s'était incliné... Je ne blague pas, il s'était INCLINER ! Heureusement le papi n'était pas comme les méchant proviseur qu'on voit dans les films américains, il le redressa et reprit la parole:

    - Je t'en pris ne t'incline pas, je ne suis pas la reine d'Angleterre. Ici nous sommes tous égaux.

    - Sympa le papi^-^

    Je sais pas pourquoi mais ça me faisais plaisir de faire enrager James. 

    - Venez avec moi je vais vous indiquer votre classe, et vous donnez vos emplois du temps, sans oublier vos carnets de correspondance...

    On le suivit, ils nous indiqua notre classe, James et moi étions dans la même, d'ailleurs aussi dans la même que Melody et Davis. Quand les cours furent fini, j'avais super chaud à cause de mon uniforme, on était en été mais ils ne nous ont pas encore donné l'uniforme d'été. J'hésitais, devais-je mettre la robe que j'avais emmené avec moi? (et oui j'avais tout prévu) Après tout c'était la fin des cours, alors j'avais le droit d'ôter mon uniforme... Bon d'accord! Pas dans l'enceinte du lycée, j'avais terriblement chaud, et puis c'est de leur fautes de nous donner l'uniforme d'hiver aux nouveaux au lieu de celui d'été! Je partis alors dans les vestiaires de filles et me changea. Pour sortir du lycée je devais me faire discrète, mais je devais aussi sortir par le couloir, comment faire? Je passas alors par le couloir, devant la bibliothèque, et là je vis une chose incroyablement incroyable! Un livre volait! Il VOLAIT!!! J'en suis sure et certaine! Et devinez qui le faisais voler? Melody, vous savez cette fille qui nous a abordé James et moi, dont le petit ami est Davis le gars désagréable! Je me frotta les yeux et tout redevins normal, Melody me faisait coucou de sa main. Est-ce que j'avais rêvé? Non impossible, je l'avais vu de mes propre yeux! Le livre volait! Je devais partir au plus vite de cet établissement car si on me voyait sans uniforme j'étais cuite! Malgré ça, mes pieds ne voulaient pas bouger, ils étaient comme scotchés au sol. Je brûlais d'envie de savoir si c'était mon imagination ou la réalité, alors j’entrai dans la bibliothèque tandis que la bibliothécaire du lycée me dévisageait d'un regard ébahit, sûrement à cause de la robe, mais tempis ! Le mal était déjà fait je ne pouvais plus reculer, Melody ne m'avait pas vu entrer, tant mieux. Je pris un livre, m'installa loin dans une table derrière elle, je pris aussi un crayon que je mâchais tellement mon impatience commençait à faire surface... Au bout d'une demi-heure, le principal adjoint fit son apparition dans la bibliothèque et je vous le rappelle, j'étais en robe ce qui est strictement interdit. Et justement c'est de moi qu'il s'approcha...

     

    Fin du chapitre 3

    Rendez-vous au chapitre 4 bientôt j'espère! cool   

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

      Chapitre 2 : Est-ce les new-yorkais qui sont bizarres? Ou seulement les gens de mon lycée?  Cette question m'intrigue

     

    Ce garçon et Moi entrions dans le lycée, et il était encore plus impressionnant qu'à l'extérieur... Franchement si vous voulez mon avis, un vrai lycée de fils à papa... Je ne vous mens pas c'est la pure vérité,  il y a que les gosses de riches, qui pouvaient aller étudier dans ce lycée.  Je ne me sentais pas à ma place heureusement que j'avais de bons résultats,  sinon vous imaginez l'angoisse? Enfin revenons à nos moutons. .. Une fille et un garçon passèrent et nous regardèrent. La fille demanda:

    - Vous êtes nouveaux?

    Ça se voyait tant que ça qu'on étaient nouveaux? Le garçon qui était à côté d'elle nous dévisagea d'un mauvais oeil,  ça ne m'as pas plu alors je le fixa droit dans les yeux et lui dis:

    - Pourquoi tu nous regarde comme ça? T'as jamais vu de nouveaux ou quoi?

    -  Et alors? Reste à ta place ma jolie compris?

    Je rêve? Il m'appelait ma jolie, il se prenait pour qui celui-là? 

    - Tu te crois au-dessus des autres mon "joli"?

    Et toc s'il pensait m'avoir comme ça...

    - T'as de la chance d'être une fille...

    Il se mit à toucher mes cheveux,  non mais sérieux vous pouvez me dire c'est quoi ce mec? Je lui tournis le bras aussitôt et il émit un petit cri, alors je lui répondis:

    - Qu'est-ce qu'il y a tu mouilles ton slip devant une fille? Ne retouche jamais à mes cheveux!

     Et je le relâcha. Le garçon qui était entré dans le lycée avec moi ne pu s' empêcher de dire:

    - Whouaouw t'es balaise pour une fille!*o*

    Je lui fit un regard noir... il se corrigea aussitôt:

    - Enfin je veux dire pour une... aussi jolie fille... euh... hi hi ^^"

     Le gars impoli parti, son regard était plein de haine ça me fit rire. La fille qui était venue nous aborder s'excusa:

    - Je suis terriblement désolée... Il est comme ça avec les nouveaux... C'est mon petit ami Davis mais on l'appelle Dave... Et moi c'est Melody...^^

    - Moi c'est Émilie... Et lui c'est...

    J'y pense je ne lui avait jamais demandé son nom, pourtant c'est censé être la première chose à se dire quand on rencontre quelqu'un, mais nous on s'était même pas présentés. Enfin bref, c'est lui qui termina ma phrase:

    - Moi c'est James.

    Joli prénom ça lui allait parfaitement bien. Enfaite James est plutôt mignon, son seul défaut, c'est sa stupidité. Mais bon... Sa gentillesse rattrapait le tout. Si ma meilleure amie: Candy, l'aurait vu elle lui aurait sûrement fait son numéro de charme.  Moi c'est différent les garçons c'est pas mon truc, dans mon ancien lycée j'étais assez populaire. Hé! Moi j'ai rien demandé c'est la nature des choses! Candy dit que c'est du gâchis. Elle dit que j'aurais pu me faire le gars le plus populaire de mon ancien lycée. C'est vrai qu'il était du genre beau gosse mais il est complètement débile. Et puis je vous ai déjà dis les garçons c'est pas ma tasse de thé! Bref à ce moment là je ne pu m'empêcher de lâcher:

    - Comment une fille comme toi, peut sortir avec un mec aussi pathétique que Davis?

    Melody se mit à rire:

    - Tu dis ça pour tout à l'heure, t'en fais pas, en temps normal Dave est super sympas, hi hi! C'est juste qu'il aime pas les nouveaux...

    - Pourquoi?

    C'était James qui avait demander ça, il m'avait ôté le mot de la bouche.

    - Parce-que dans le temps, il a une histoire avec une nouvelle...

    - Quel genre d'histoire? lui avais-je demandé.

    - Une histoire d'amour...

    - Désolée mais je ne comprends toujours pas no!

    c'est vrai elle pouvait être plus précise, moi j'suis nouvelle pas voyante ! James prit la parole:

    - Un problème avec elle?

    - Elle le trompait...

    - Pourquoi?oh James avait l'air étonné...

    - Apparemment, elle voulait juste se rendre populaire, donc elle est sorti avec un garçon qui est l'un des plus mignons...

    - Et c'est pour ça qu'il déteste les nouveaux... mouais c'est dur de dire ça mais... ça se comprend... dis-je.

    - Oui, mais moi je le laisserai jamais tomber, car je l'aime vraiment!oops elle se mit à rougir...

     Driiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiinnnnnnnnnnnnnnnnnnnng!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    La sonnerie pour aller en cour avait retentit. Melody nous sourit puis se dépêcha d'aller en cour. James entama la discussion:

    - Nous on doit aller voir le principal je suppose.

    - Mouais... Mais tu sais c'est où au moins?

    - Aucune idéehe!

    Il se mit à sourire de toutes ses dents, je répète il est vraiment bête et bizarreno... Heureusement, dieu sois loué, quelqu'un était venu nous aider. C'était un vieil homme...

                                                                         à suivre...

    à bientôt!he euh... j'espère^^"


    46 commentaires
  • Chapitre 1: Mon nouveau lycée...

    -Émilie ! À table !

    Ça c'était ma mère. Et oui je m'appelle Émilie, j'ai seize ans et je viens d'emménager à New York. Bon c'est vrai que c'est cool D'habiter la ville de New York mais...Bah moi j'ai des amis ils vont me manquer, et puis partir de la ville ou on est née et ou on a grandi c'est pas facile croyez moi ! Alors voilà j'en veux à mort à ma mère...Vous pouvez peut-être pas comprendre, mais quand vous aimez une personne qui vous trahit ça fait mal au cœur surtout quand c'est la femme qui vous a mis au monde ! Franchement elle aurait pu déménager quand j'avais cinq ans ou même plus petite que seize ans parce-que moi après je m'habitue au délire Parisien et pas au délire New-yorkais ! Enfin bref j'étais entrain de lire un magazine de mode. Je me disais que pour les New-yorkais c'est peut-être important la mode ! Alors je lisais mon magazine et je n'avais pas entendu ma mère m’appeler car j'étais absorbée par le magazine alors elle répéta :

    - Émilie j'ai dis à table !

    - C'est bon je suis pas sourde ! criai-je.

    Règle numéro une toujours faire croire à sa mère qu'on l'écoute ça nous permet d'éviter une sanction ^^!

    - Dépêche toi ma chérie ça va refroidir...

    Ma mère essaye de se faire toute petite car elle sait très bien que je n'avais pas envie de déménager. Alors je descendis le pas lent. Elle me fit un sourire que j’ignorai et me fit signe de m’asseoir. Je m’assis alors, pris une fourchette, et commença à manger en silence avec un regard plein de haine. Elle avait fait des lasagnes mon plat préféré si elle croyait acheter mon pardon comme ça, elle se mettait le doigt dans l’œil ! Je continuai de manger tandis qu'elle me regardait au lieu de manger. Alors je rompu le silence :

    - On peut savoir pourquoi tu me fixe depuis tout à l'heure?

    -Euh... c'est que... tu es si belle quand tu mange. Répondit-elle

    Ça m’allait droit au cœur bah oui je suis humaine quand même. Mais je fit celle qui n'était pas touché:

    -C'est quoi cette disquette?

    -Comment ?

    ah oui j'avais oublié que les adultes ne parlent pas le langage moderne. Alors je lui parla normalement :

    - C'est quoi cette excuse bidon ! C'est toi même qui a dis que ça allait refroidir non?

    - Oh ma puce tu t'inquiète pour moi?

    -Pas du tout arrêtes de te faire des films !

    Je baissa la tête sur mes lasagnes puis continua à manger. Et pour taper la discussion elle poursuivi sur un autre sujet:

    - Tu verra ma chérie ton nouveau lycée sera génial ! Demain tu va adorer pour ta première journée là bas !

    - Ça m'étonnerai...grognai-je, mais elle ne m'entendit pas et poursuivi:

    - Tu verra que tu ne sera pas déçut ! Il y aura un jardin une bibliothèque très grande ! à l'entrée il y a une fontaine etc...

    - Un lycée de riche quoi !

    - Oui...

    - Et ou as-tu trouvée l'argent ?

    - Grâce à mon nouveau travail !

    - Et c'est quoi ton nouveau taf?

    - Mon nouveau quoi ?

    Ah oui ! J'avais encore complètement oublié que ma mère vivait à l'époque des hommes des cavernes ...--'

    - Ton nouveau travail quoi !--'

    - Ah... Je suis devenue journaliste !^^

    - Le taf ou tu saoule les stars avec tes questions ?

    - Le quoi?

    - Le travail !

    - Ah ... j'aurais pas dis comme ça mais c'est à peu près ça...

    - Manquait plus que ça... grognai-je.

    - Qu'est-ce qu'il y a encore ? Je fais tout pour que tu sois heureuse !

    - Heureuse ?! T'appelles ça être heureuse ?! A Paris j'étais heureuse !

    Sur ces mots je me leva et quitta la table, ma mère avait dis quelque chose mais je ne l'entendis pas. J'arrivai dans ma chambre qui était très jolie, mais je préférais celle d'avant. Je me mis sur le rebord de ma fenêtre, et admirai les bâtiments, il faisait nuit mais c'était très beau. J'essayai d'oublier que j'étais à New-York, je pensa pendant cinq secondes à Paris la ville ou j'étais née, mais des larmes vinrent à mes yeux alors je me retins de pleurer. Je mis alors mon pyjama et m'endormis.

    Quelque chose m'illumina alors je me réveilla, j'étais dans un endroit c'était tout blanc... C'était vide ! Rien ! Pas l'ombre d'une personne, c'est à ce moment que j'entendis une voix :

    - Émilie, tu fais partie des élus !

    j'étais étonnée ! Qui me parlait ? Et  surtout ou j'étais ?

    - Qu'est-ce que vous raconter? Ou êtes-vous? Et moi ou suis-je ?

    Une autre lumière m’éblouit je referma les yeux.

    Quand je rouvris mes yeux j'étais dans mon lit et il faisait jour. Ouf ce n'était qu'un rêve. Je regarda mon réveil il était six heures du mat' le réveil n'avait pas encore sonné. Je me leva et enfila l'uniforme de mon nouveau lycée. Je descendis les escaliers pour aller dans la salle de bain et commença à me laver le visage. Quand soudain j'entendis des pas arriver vers la salle de bain c'est à dire vers moi. Tout le monde dormait à cet heure-ci, était-ce ma mère? Ou bien un intrus? Dans tout les cas j'étais prête à intervenir, j'ai fais six ans de boxe thaïlandaise alors je savais me défendre ! J'ouvrai la porte tandis qu'un homme surgis, alors je lui fis une prise qui le mit à terre, et m’exclamai:

    - Tu as trois secondes pour me dire qui tu es d’où tu viens et ce que tu fais ici ! Sinon je te casse le bras !

    Il était beaucoup plus âgé que moi ça sautait aux yeux !

    - Je... Tu dois être Émilie...

    - Très bien tu l'auras voulu !

    Je commençai à lui casser le bras...

    - Aïe c'est bon tu as gagné je vais te dire qui je suis ! je desserra, son bras et ajouta :

    - Une question de plus comment tu me connais ?

    - Je suis le nouveau compagnon de ta mère, elle m'a appelée hier soir pour venir dormir, elle était en pleurs, alors je suis venu. Elle m'a beaucoup parlée de toi, et hier surtout, elle m'as racontée votre dîner.

    Je le relâchai tandis qu'il se releva :

    - Encore une conquête ! m'empêchai-je de m'éxclamer.

    - Non moi c'est différent, je suis son ami d'enfance on a reprit contact grâce à un réseau social et peu à peu on est tombé amoureux...

    - Cool ça veut dire que je c'est à toi que je te dois ce déménagement ?

    - Un peu...il se gratta la tête.

    - Vas te rhabiller !

    - euh... OK !

    Il partit comme un léopard, c'est sympas ça montre à quel point je suis de bonne compagnie. Enfin... bref ! Je descendis après m'être brosser les dents, et ma mère et "son" petit ami étaient autour de la table. Je pris seulement une brioche, et sorti sans dire un mot. J'étais angoissé à l'idée de comment ça allait se passer dans mon nouveau lycée.

    Quand j'arrivai au lycée, j'étais émerveillé au point de pardonner à ma mère. C'était bel et bien un lycée de riche. Je continuai de marcher quand j'entendis un bruit ou plutôt quelqu’un qui courait c'était un garçon... Il me bouscula, je perdit l'équilibre et tomba !

    - Désolé ^^'

    - Y a pas de mal... répondis-je quand même un petit peu énervé.

    - Euh... j'avais peur d'arriver en retard pour ma première journée à ce lycée...

    - Ah... d'accord, t'as aucun soucis à te faire c'est même pas encore ouvert il est encore tôt!

    - Mais si il est encore tôt pourquoi tu es là toi?

    - Je suis aussi nouvelle !

    - Cool chuis pas le seul !

    - Et tu viens d’où ?

    - De la ville de Paris !^^ Et toi?

    - Euh...- -'

    - La ville de E ?

    - Non...

    Mon dieu ce qu'il était bête--' à un point que vous ne pouvez pas imaginer...

    - Alors laquelle ?

    - Moi aussi je viens de France à Paris...

    - Sérieux?!  Alors je ne suis pas tout seul?!

    - Non !

    - Dis moi ... T'as pas l'air heureuse de vivre ici pourquoi?

    Il était quand même spécial ce garçon comment avait-il deviné?

    - Non...

    - Tu sais moi aussi je ne suis pas très enchanté de vivre ici mais je fais de mon mieux ...

    Sur ces mots il regarda le ciel avec tristesse.

    - Je comprends c'est dur... très dur de se séparer des gens avec qui on a grandi de sa famille, de sa ville natale ...

    - Oui mais j'essaye de faire plaisir à mes parents ça leur fait tellement plaisir qu'on déménage... alors leur bonheur est aussi le mien...

    - Le bonheur de ma mère n'est pas le mien. soupirai-je,

    et il me dévisagea comme si j'étais un extraterrestre venant d'une autre planète :

    - Le bonheur de ta mère n'est pas le tien?

    - Oui je veux dire on ne vit pas dans le même monde...

    - C'est la femme qui t'as mit au monde ! Comment peux-tu dire ça ?!

    - Je le dis car moi j'exprime ce que je ressens ! Si je ne suis pas heureuse et bien je ne le garde pas au fond de moi !

    - T'es étrange comme fille mais je t'aime bien. Il se mit à rire.

    - C'est toi qui dis que je suis étrange--'?

    - Et ton père il en pense quoi de votre déménagement?

    Je ne répondis pas mais j'affichai une tête d'enterrement...

    - hé ça va? Dit-il

    - De ce que pense mon père... je sais pas ... Non... mais... je suis sûre que ça ne lui aurai pas plu... lui au moins il me comprenait...

    - tes parents ont divorcés?

    - Non...

    Je voulais absolument éviter le sujet ! alors je changea de sujet:

    - Tiens ! Ils ouvrent la grille allons-y!^^

    à suivre au chap 2....he

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    77 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique